Le débat Métronome est-il une guerre de l’ultra-gauche ?

At last, at long last, le débat sur Métronome est enfin relayé par les médias. C’est pas trop tôt.

La première salve est venue des historiens de Goliard[s] et Histoire pour Tous qui, après une looooongue lutte pour se faire entendre, ont réussi à alerter quelques médias, et aussi plus surprenant, de Pierre Assouline  : dans l’ordre de publication, Rue 89, L’Histoire (Assouline, donc), Libération, Huffington Post, Arrêt sur Images.

La deuxième charge arrive, elle est lourde (puisque, enfin, le débat est relayé auprès du grand public avec dépêche AFP et tout le toutim), mais elle révèle déjà quelques problématiques.

De quoi s’agit-il ? De la gauche extrême de la Mairie de Paris (c’est à dire le PC et le FdG) qui demande que la Ville arrête la promotion du livre. Et le PS ? En la personne de Delanoë, qui a décerné la Médaille Vermeille de la Ville de Paris au livre, et de Robert Hue, maintenant affilié à un groupe proche PS, qui en a fait lourdement la pub dans l’émission Bibliothèque Médicis (en n’hésitant pas à prétendre, sans aucun fondement, que Deutsch a une formation d’historien. Merci La Chaîne Parlementaire, l’info, la vraie…), le PS a participé sans réfléchir de l’acritique générale du Métronome (et ce ne sont que deux exemples). Difficile de revenir sur des positions qui s’affichent très clairement sur le site de la ville de Paris. Sauf que la ville de Paris n’a pas à faire de pub pour un produit commercial à l’élaboration duquel elle n’a pas pris part : c’est une donnée simple, pourtant, la neutralité commerciale ?

C’est sur ce point que le PC et le PdG proteste : Deutsch écrit bien ce qu’il veut, mais non non NON, la Mairie de Paris n’a rien a faire dans cette galère. Car Deutsch est historiquement contestable et contesté sur l’Histoire de France, mais encore plus sur l’Histoire de Paris :  pour ne prendre que ce détail, sa vision tronquée de la Commune de Paris (un paragraphe dans le livre, rien dans le docu) est un scandale. Même ses pires ennemis ne l’ont pas effacée des livres d’Histoire. Comment peut-on parler de l’Histoire de Paris sans la Commune ? C’est absurde, non ? Ce qui est plus absurde encore c’est que la Ville fasse la promotion d’un livre qui nie presque La Commune (un paragraphe, merde !) alors que la Mairie a fait apposer l’an dernier, pour le 140 ème anniversaire de la Commune, une plaque commémorative à la mémoire des fusillés de la caserne Lobau, dans la rue même de l’Hôtel de Ville de Paris.

Pourtant des livres historiquement contestables il en existe d’autres, non ? Mais la Mairie ne fait pas de pub pour Minc ou Gallo que je sache. Pire, elle permet Lorànt Deutsch d’aller raconter des âneries à des gosses dans les écoles primaires parisiennes :

Cours d’histoire survoltés avec le comédien… par mairiedeparis

Et que répond la Mairie de Paris à cette accusation précise ? :

« Nous n’avons jamais considéré que le Métronome était un livre d’histoire et aucun cours autour du Métronome n’a été donné par l’auteur dans un établissement municipal. « 

Ah bah, dites, hey c’est moi qui est sans doute mal compris Lorant Deutsch dans une classe de primaire de Paris, le logo « Paris.fr » incrusté sur la vidéo, la vidéo postée sur le compte Dailymotion de la « mairiedeparis et le fait que la vidéo soit présentée sur la page de la Ville précédemment citée. Non, c’est vrai que les détracteurs sont d’hyper-mauvaise foi pour le coup… méchants détracteurs.

Le PC et le FdG demandent donc que la Ville redeviennent neutre sur le sujet et arrête de faire la promotion de Deutsch, et de s’en servir officieusement comme d’un outil pédagogique. Ils sont très clairs sur ce point : il n’est pas question d’interdire le livre, et puis quoi encore ?

« Mais chacun est libre de lire ce qu’il veut ?

Absolument. Et le succès de ce livre démontre une soif de connaissance, un intérêt certain pour l’histoire de la ville de Paris que l’on peut saluer.

Je ne suis pas pour la censure. Tout le monde est libre d’acheter son livre, mais il ne faut pas prendre ce qui est écrit à l’intérieur pour une vérité historique. »

Et c’est là que le débat a dérapé.

Car les journalistes, qui ne sont pas orientés idéologiquement, nonnonon, oh là là, mais qu’allons-nous chercher là…,  se sont chargés de déplacer le débat de la simple information à la dénonciation des « rouges ». Petit florilège de titres et d’extraits pour faire peur dans les chaumières :
Pure People : « Lorànt Deutsch, ‘Le Métronome’ : La violente polémique reprend de plus belle »

Violente ? On a brûlé des bagnoles pour la luuuuutte finaaaaale contre le Métronome et j’étais pas au courant ? Dans l’article Paris est « déchiré » (mais libéré ? non ? non) et  » Lorànt Deutsch a probablement d’autres chats à fouetter » : écrire un autre livre d’Histoire. Chouette…

Notez aussi l’usage de la photo : un Lorant souriant et signant son livre à une dame tellement chic qu’elle a le foulard qui hurle « 16ème arrondissement foreeeeeeveeeeeer !!! »

MyBoox : « Le Métronome de Lorànt Deutsch : « hostile à la République » ? »

La question étant une reprise d’un tout petit bout de la déclaration du FdG, c’est une manière toute simple d’invalider tout ce que l’on reproche à Deutsch. Malin, non ?

France soir : « Le livre de Lorànt Deutsch critiqué par des communistes »

Reprise de la dépêche AFP et titre neutre, sauf que, sauf que… c’est classé dans « Vis ma vie de people » : holé !! En voilà un débat qu’il devient sérieux d’un coup d’un seul. Et le FdG ne proteste-t-il pas justement contre la « pipolisation culturelle » ? La réponse est claire.

La photo est sans ambiguïté non plus, Deutsch sourit tellement que j’en ai mal aux zygomatiques pour lui.

Evene : « À Paris, les communistes réclament la tête de Lorànt Deutsch »

Ah, ça ira, ça ira… Ouais, mais non, les gauchistes sont contre la Veuve, c’est ballot.

La Dépêche du Midi : « Pourquoi le Front de Gauche s’en prend au best-seller de Lorànt Deutsch ?

Alors que le titre reprend l’interview d’Alexis Corbière, le Secrétaire national du PdG, et reste neutre (puisque c’est une interview), le titre est volontairement orienté vers la guéguerre des gauchistes. Purement gratuit.

Méditerrannée : « L’auteur de « Métronome » dans le collimateur des communistes de Paris »

Dis Môman, t’aurais pas vu ma lunette de visée, paraît que la chasse au Royco est ouverte !

Non mais sérieusement…

A part ça, ils recopient l’article du Figaro (cf ci-dessous)

Staragora : « Lorant Deutsch clashé par le Parti communiste »

Menly (scroll) : « Le PCF parisien demande l’arrêt de la promotion de  »Métronome » de Lorant Deutsch »

Très sobre, la dépêche qui ne fait pas 15 lignes, se demande  » si le groupe PCF-parti de Gauche du Conseil de Paris s’ennuie » (euh… non) et trouve que la « dernière victime des élus communistes » fait l’objet d’ « une protestation gratuite qui frôle l’hérésie… ». A l’Inquisitio, les hérétiques ! Ah non, merde, ça aussi, on est contre :S

– Le Nouvel Obs (gros morceau, ils se sont fendus de TROIS articles sur le sujet) : une reprise AFP,  « Polémique : Le « Métronome » agite la gauche parisienne« et « Lorànt Deutsch énerve le Parti de Gauche« . Et un tweet dévastateur : « Lorànt Deutsch et son « Métronome » énervent les mélenchonistes de la Mairie de Paris »

Vous avez remarquez comment ils ont assimilé toute la gauche parisienne au PdG dans les deux premiers articles ? C’est beau la désinformation, quand même. Et Mélenchon ? Pourquoi l’amener dans la conversation alors qu’il n’est jamais intervenu ? Pourquoi ravaler d’un méprisant surnom tout un parti à en l’assimilant à l’un de ses représentants? Le PdG n’existe donc pas en dehors de Mélenchon ? (c’te bonne blague)  Encore une fois, la désinformation, c’est merveilleux (surtout venant d’un journal officiellement à gauche, qui a depuis longtemps jeté toutes convictions aux orties 😦 ) . Quant aux agités du bocal qui s’énervent…

ActaLitté : « Le Métronome de Lorant Deutsch fait (toujours) polémique »

Cet article mérite qu’on s’y arrête deux minutes : parce qu’il est celui qui prend le plus ouvertement parti pour Lorànt Deutsch (tout en faisant preuve d’une ignorance du sujet évidente : « il va prochainement être adapté par France Télévision sur les petits écrans. Même si le Métronome pourrait faire l’objet du bon téléfilm instructif de l’été » . Hey, Morganette, ils l’ont déjà adapté à la télé, et il a été diffusé deux fois !), et qu’il s’agit visiblement d’un article de commande de la part de Deutsch ou de son entourage.

L’article commence par se demander s’ « il n’est pas impossible qu’un tabou républicain plane dans cette polémique, car toute prise de pouvoir est malheureusement source de violences« , en réponse aux mention de la Révolution et la Commune, ce qui est en résumé la théorie de Deutsch sans les fioritures du livre. L’article ajoute « Lorant Deutsh ferait alors passer les révolutionnaires pour des hommes sanguinaires, « nouveaux persécuteurs » qui « saccagèrent » une abbaye bénédictine, ou bien décrirait tout simplement le cours des évènements. » (sans point d’interrogation)  C’est si gros que j’en ai presque éclaté de rire. Ensuite, l’auteure de l’article précise que Deutsch a déjà contacté le site par le passé pour défendre ses opinions politiques et « littéraires ». Pourquoi ce site ? Il n’est pas politique, uniquement tourné vers les livres et l’édition, et assez curieusement, c’est un des rares à l’avoir critiqué pour son conservatisme il y a déjà plus d’un an. Curieux. Le retournement est trop spectaculaire pour être honnête.

Le Figaro : « Lorànt Deutsch attaqué par des élus communistes »

Ben oui, mais non, en fait, il ne s’agit pas d’attaquer le petit bonhomme, mais son bouquin. Et en fait, non, il ne s’agit même pas d’attaquer le bouquin, mais de rappeler la Mairie de Paris à une certaine neutralité et à une certaine morale politique contre le mercantilisme et la pipolisation.

Pour le reste, c’est le Figaro, quoi. Non attendez, ce sont quand même les seuls qui ont fait leur travail de journalistes en citant la Mairie (cf plus haut leur réaction trop poilante sur l’utilisation du Métronome dans les écoles) et des sources proches de Deutsch : les sources, on les connait, ils trollent sur les site, les forums, les blogs qui dénoncent l’imposture historique du Métronome, ce sont des fachos 😦 (et l’un d’eux est possiblement Deutsch lui-même).

– Et pour couronner cette épiphanie de Métronomophilie, le jour même, Paris Dépêches, le site web du Grand Paris, s’est fendu d’une hagiographie qui m’a mis les larmes aux yeux, c’est tellement bô, tiens je m’en vais trouver la foi Deutschienne ! (non non, on ne fait pas la promo gratuite du Métronome, que des menteries…)

Mais revenons à l’article du Figaro, et à ce que dit en off Deutsch et sa clique et qui ressort finalement de l’orientation que les journalistes ont donné à leurs articles :

« cette vaine polémique ourdie par des historiens ultragauchistes (…) Il semble que cette soudaine polémique soit surtout proportionnelle au phénomène d’édition que constitue le Métronome. Et de poser la question: cette controverse aurait-elle existé à moins de 10.000 exemplaires vendus? »

La polémique est-elle liée aux chiffres de vente ? Ben oui, hé!, benêts : si le livre s’était peu vendu (petite remarque : 10 000 exemplaires en édition, c’est déjà une très bonne vente), il ne serait pas encensé par la Mairie de Paris, et le Service Public n’aurait pas dépensé l’argent du contribuable pour une arnaque et on n’aurait pas à se manifester. Car en l’occurrence : C’EST CONTRE CES DEUX POINTS EN PARTICULIER QU’ON PROTESTE !

La polémique est-elle une guerre de l’ultra-gauche et des historiens ultra-gauchistes ? Dis maman, c’est quoi l’ultra-gauche ? Moi je sais pas. Enfin si vaguement,… quand on me dit ça, je pense trotskystes, NPA, Force Ouvrière. Pas le PCF qui n’est plus à l’extrême-extrême-… pardon, l’utra-gauche depuis longtemps. Pas le PdG qui se situe entre le PS et le PC. Vous avez-vu des trotskystes dans les rangs des élus de la Mairie de Paris, vous ? Autant pour l’ultra-gauche.

Et les historiens ultra-gauchistes ? Pas mieux. Un seul de ces historiens est militant… au PS ! Les autres, justement, refusent l’affiliation politique dans cette polémique puisque tout ce qui les intéresse, c’est de parler d’Histoire. La seule gauchiste dans cette affaire… c’est moi ! (Et je suis Communarde 😛 , pas communiste, ni trotskyste : j’en ai rencontré des vrais trotskystes, ils me foutent la trouille) Et je ne suis pas historienne. Autant pour les historiens ultra-gauchistes, donc.

D’où vient cette idée que tout ça est une querelle ultra-gauchiste (à part des trolls fachos qui pourrissent le débat sur internet) ? Simplement du fait que ce sont eux, les premiers, l’ultra-gauche, qui ont accepté de laisser s’exprimer ces historiens dont les médias plus traditionnels ne voulaient pas entendre (ce n’est bien plus tard, par exemple, que Libé a enfin accepter de publier un papier). Aurait-il fallu refuser, sous prétexte que l’ultra-gauche serait infréquentable ? Pardon, mais en ce qui me concerne, Minute est le seul média infréquentable, et pourtant très fréquenté, ces temps-ci… Est-ce que le problème qu’il faudrait soulever n’est pas de savoir pourquoi pas un seul média traditionnel n’a accepter de faire son travail et de relayer ce qui était une critique légitime ?

Alors non, ce n’est pas une guerre de l’ultra-gauche, ce n’est pas une querelle partisane, ce n’est même pas un conflit idéologique, et les historiens ne veulent pas la tête de Lorànt Deutsch (mais moi je veux bien la tête de son troll attitré, j’ai de la place au dessus de mon canapé) : c’est une querelle historiographique. Et tout ce que veulent les historiens, c’est un vrai débat d’Histoire (public) sur le sujet, tout bêtement. Pour contrebalancer l’Histoire sans nuance de Deutsch.

Ah, mince, ce n’est pas assez ultra-caricatural.

On est vraiment désolés.

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Action Critique, Histoire, livres, politique

9 réponses à “Le débat Métronome est-il une guerre de l’ultra-gauche ?

  1. Michel

    D’accord avec tous ce que tu dis. Pour les réponses à apporter on peut aussi demander à ce que la mairie de Paris sponsorise et fasse la promo à la hauteur de celle du Métronome d’un livre sur l’Histoire de Paris fait par des d’historiens professionnels.
    Et en passant à la fin on dit « historiographiQUE » ^^ »

  2. OSS girl

    Moi, ultra-gauche, ça me fait penser à Alliot-Marie. C’est l’affaire de Tarnac qui a lancé ce terme dans les médias.

  3. OSS girl

    David Dufresne l’explique bien dans son livre. Ils ne savaient pas quel terme utiliser et ils ont opté pour ultragauche. C’est vraiment effrayant parce que tout ce qui ne rentre pas dans le moule de la pensée dominante est ostracisé et diabolisé de la sorte.

  4. Damien

    Un bien bel article, qui résume fort bien les enjeux posés à l’origine, et ceux venus se greffer à mesure de la médiatisation et de la querelle politique… et écrit avec un détachement fort plaisant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s