Moi, Gérard, 63 ans, apatride fiscal (c’est toujours mieux que réfugié politique)

gerard

Moi je te comprends, Gérard. C’est vrai quoi, dans ce pays on ne respecte plus rien. Ni les intermittents du spectacle qui triment comme des malades avec 3 boulots, deux enfants et des impôts, ni les toxicomanes dealers d’héro qui ne font du mal qu’à eux-mêmes. On ne respecte plus le droit à la différence des grandes fortunes soutiens des dictateurs. La France devrait avoir honte. Elle a honte.

Parce que la vérité vois-tu, c’est que tout le monde aimerait avoir ce droit à la différence : avoir le droit d’avoir un hôtel particulier de 50 millions d’euros et de se plaindre, avoir le droit d’avoir les moyens de payer ses impôts et avoir les moyens de ne pas le faire. N’importe quel célibataire au RSA, plafonné à 474,93 € par mois aimerait avoir le droit, lui aussi, de crier son droit à la différence et de ne pas avoir à payer les 125 € obligatoires de redevance, dont une partie servira à financer la création cinéma du service public qui servira à financer des films dans lesquels tu joueras, pour lesquels tu seras payer plus d’1 000 000 € sur lequel tu revendiqueras le droit de ne pas payer d’impôts. Parce que c’est vrai, faire payer des impôts aux riches, c’est vraiment inadmissible. Les assistés, c’est normal, faut rendre des comptes, et puis z’ont qu’à pas avoir la télé, mais les gens qui créent, les artistes, les footballeurs, la jet set, ça non franchement, c’est dégueulasse. C’est ça, le communisme. Tu as raison, Gérard, quitte l’URSS avant qu’il ne soit trop tard.

Je veux te dire tout le respect que j’ai pour ta démarche : c’est courageux de rendre le passeport de l’une des seules nationalités au monde que l’on ne peut PAS perdre quand on a la chance d’y être né. C’est un geste d’autant plus fort et malin que sans nationalité, on ne peut pas en prendre une autre : bravo Gérard, les Belges non plus ne pourront pas t’écraser d’impôts. Bravo aussi pour ton renoncement à la Sécu, cette saloperie gauchiste. En même temps, comme elle ne t’a jamais servi, même pas pour ton grave accident de moto et tes 40 jours d’hospitalisation en 98 ou ton quintuple pontage coronarien en 2000, tous deux sobrement mis sur le compte de ton caractère excessif par Wikipedia, tu ne peux que te réjouir d’être débarrassé de ce poids énorme qui pesait sur ton bulletin de paie. Et comme tu es un homme droit, Gérard, je suis sûre qu’à chaque fois que tu avais la grippe ou la chiasse, tu appelais la Sécurité Sociale de ton quartier, et tu leur disais, non non ne rembourser pas mon Tamiflu, je ne veux pas grever le trou et ses pauvres cons que tu avais au bout du fil qui devaient te répondre, mais c’est pas possible de renoncer à la Sécu, M’sieur Depardieu, ça marche pas comme ça en France. Salopards d’anarcho-syndicalistes…

Je veux te dire que cet appel à ton amour de l’histoire de France me va droit au coeur. J’en ai des frissons à des endroits du corps dont j’ignorais même l’existence. Ayant repris des études d’histoire, je suis particulièrement sensible à un tel cri du coeur : c’est bien vrai que participer à des film historiques, c’était ton « devoir ». C’est ça qu’on demande à un artiste, remplir un devoir qui ressemble fort à une oeuvre nationaliste : montrer son amour de la belle et grande histoire de France. Et expliquer à la jeune génération que le jumeau de Louis XIV a exercé un règne d’amour et de justice inconditionnel depuis un château de Versailles pas encore construit pendant que sa mère se tapait D’Artagnan, et que des tableaux de Louis XV à 60 ans hantaient les murs, c’est grave pédagogique. ‘Tain, le Masque de Fer, on devrait en faire un objet d’étude. Il y manquait juste un peu de Clovis, mais ça je te le pardonne, parce que tu as fait les Gaulois avec Obélix. Mais l’important, c’est que ton amour de l’histoire parle à nos amis Casali, Sevillia, et aussi à notre bon Prince déchu, qui ont tous des rapports très sains à l’histoire.

Je veux te dire à quel point c’est la classe d’utiliser la mémoire de ton fils qui ne pouvait pas te blairer et qui est mort d’une maladie terrible, pour justifier ton droit à ne pas payer d’impôts au peuple qui a fait de toi l’acteur riche et célèbre que tu es. Je te suis parfaitement sur ce sujet : la justice est trop « minable ». Condamner un jeune homme de 17 ans, « tout gosse », à 3 ans de prison dont il ne fera que la moitié pour usage, importation et trafic d’héroïne, quand d’autres gosses de quartier feront le même temps pour avoir fumé un joint, c’est inadmissible. Ton fils, il avait des excuses. C’était ton fils. La justice est minable de faire son boulot les yeux fermés. Et c’est parce qu’elle a été injuste avec ton fils par rapport à d’autres crimes plus graves qu’elle est minable, et non pas juste parce qu’elle ne traite pas correctement ces crimes plus graves. Tout est un question de hiérarchie des crimes et des délits. Je te pardonne de ne pas avoir fait la comparaison avec le procès des tournantes. Tu n’y as peut-être pas pensé, remarque. On ne peut pas penser à tout. J’ai juste un problème avec ce terme que tu utilises si libéralement pour parler de la justice : « minable ». Minable ? Vous avez dit « minable » ? Comme c’est minable…

Après j’ai un peu perdu le fil avec les gens qui ont du cholestérol ou des problèmes d’alcool, et le rapport que cela peut avoir avec ton terrible exil fiscal d’un pays que tu aimes, et qui t’aime, mais qui n’est plus le tien. A part peut-être le cri du coeur de tes artères coronariennes… Je pense que tu t’es trompé de lettre et que ce paragraphe-là était destiné à ton assurance santé, tu sais, celle qui doit remplacer ta Sécu. Je ne te jetterais pas non plus la pierre, va, et je vais oublier cette incartade rhétorique.

Je te soutiens à 100 % pour avoir payer 85 % d’impôts en 2011 quand le bouclier fiscal les limitait à 50 % pour tous. Ça, c’est une belle preuve de patriotisme, c’était par amitié pour ton Nicolas. Mais François, malgré son prénom, ou à cause de son nom, je ne sais, n’a pas le droit à autant de bonne volonté. Tu as raison : tes impôts pourraient l’aider à poursuivre sa politique actuelle de droite, ce serait sûrement incroyablement perturbant. Et puis tu n’as pas à te mêler de politique : après tout, tu ne soutiens Poutine et le président tchétchène Kadyrov que pour l’argent, celui qu’ils te donnent avec libéralité. On ne peut pas vraiment t’accuser de soutenir leurs multiple abus contre les droits de l’homme (sans doute des gens qui n’ont pas de diabète ou de problèmes de tension) : tu « n'(as) pas  justifier les raisons de (tes) choix qui sont nombreuses et intimes ». Je n’aurais pas mieux dit : tu te défends tellement bien contre la meute des chiens, Gérard.

Tu n’es ni à plaindre, ni à vanter, formidable formulation qui nous place en position de t’aduler ou de te plaindre quand tu pourrais faire preuve d’un peu de modestie en reprenant la formulation habituelle qui te mettrait en humble sujet de cette fracassante déclaration d’orgueil : mais quelle modestie ? Tu as créé 80 emplois ! J’espère que tu en créeras en Belgique, à défaut d’en créer 80 nouveaux en France. Mais la crise aidant, le chômage augmentant, je comprends que tu ne veuilles pas rester pour voir tes 80 beaux emplois se réduire comme peau de chagrin. Méfie-toi, le chagrin des Belges n’est pas moins poignant…

Il n’a pas à te dénigrer, ce vilain petit monsieur Ayrault. Qui est-il, c’est vrai ? Premier Ministre. Vulgaire collaborateur, premier deuxième fonctionnaire de l’Etat. Qui est-il face à toi, un homme libre et excessif qui aime la vie et l’argent, einh ?! Qui est-il à part un homme qui travaille à essayer de résister à la vague qui vient ? Bah on ne résiste pas aux tsunamis, et puis de toute façon, il résiste mal. Va, Gérard, va construire ton Arche sur d’autres terres pendant qu’on essayera d’écoper de notre côté. Et n’oublie pas d’emmener les rats avec toi sur ton nouveau navire. C’est qu’il ne faudrait pas que ça meurt, ces petites bêtes. Elles nous manqueraient.

La vérité, Gérard, c’est que tu n’es pas « minable ». Tu es un monstre sacré. A l’avenir, quand on parlera de toi, on ne dira plus « ce grand acteur », on dira « ce grand salaud ». C’est important d’être sacré. C’est ce qui fait toute la différence.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s