Toutes des salopes

Ah qu’est-ce que j’aime les articles sur l’allaitement ! Je suis jamais déçue *insérer une bonne dose de grincements de dents*

(l’article est en anglais, je ne traduis pas les citations. Y’a Oogly Googly pour ça)

L’article pourrait –devrait — être passionnant : l’analyse scientifique des ossements du 18e et 19e permet de savoir quelles étaient les habitudes de ces époques pour nourrir les bébés. Du point de vue paléontologique, sociologique, etc. : c’est fascinant.

Isotope analysis involves looking at the relative amounts of carbon and nitrogen isotopes in bone, which relate to the types of food and drink the individual consumed when they were alive. For example, when infants are born, levels of the isotope 15 N in their bones are similar to those of the mother, but as they breastfeed and effectively consume their mother’s tissue, levels of this isotope rise. When they are weaned onto solid foods, levels of this isotope fall again. Changes in 13 C are also known to correlate with the type of food a person consumes.

Erika Nitsch at the University of Oxford and her colleagues analysed ribs from 164 skeletons recovered from a graveyard in Spitalfields, including 92 adults and 72 children. By comparing levels of 15 N in the 32 children who died before their second birthday with average levels in women, they concluded that 18 were being exclusively breastfed, while the rest were either not breastfeeding at all, or were being fed a mixture of breast milk and a nutritionally poor substitute, such as flour and water.

Alors même que le sujet de l’article en question est passionnant et se suffit à lui-même, les auteurs (de l’article et de l’étude) arrivent quand même — et comme toujours — à y inclure un sous-texte pro-allaitement. Comprenez : les femmes qui n’allaitent pas sont des monstres.

Sachez donc que la seule raison pour laquelle les mères n’allaitent pas, c’est parce qu’elles travaillent, ces salopes…

One reason for this may be the onset of industrialisation in the UK during the 18th century, resulting in many more women going out to work.

« Women who were employed away from home were more likely to wean their infants earlier than previous generations, or to not breastfeed at all, » writes Nitsch.

Oui, oui, ils parlent du 18e siècle, mais vous remplacez par 20e, ça marche tout pareil. Il y a des millions de raisons pour laquelle une femme peut ne pas vouloir allaiter. C’est douloureux. Ce n’est pas le truc le plus gracieux du monde. Ca prend un temps fou que l’on pourrait utiliser, pour, je sais pas moi, s’occuper du reste de ses enfants, de ses factures, de tout un tas de trucs autres que le travail. Toutes les femmes du monde n’ont peut-être pas envie de devenir des vaches laitières. Toutes les femmes du monde ne croient pas forcément aux vertus miraculeuses de l’allaitement. Elles n’ont pas envie, point, c’est leur corps, bordel, elles en font ce qu’elle veulent, non ? Ou tout simplement, elles ne peuvent pas. Non ? Non ? Non, alors.

Je vous jure, je n’ai jamais trouvé un seul article sur l’allaitement qui mentionne les femmes qui n’ont pas ou très peu de lait. Ca doit être une légende. Quatre générations de femmes de ma famille sont une légende. Et la moitié des femmes avec qui j’ai discuté du sujet sont « une légende ». Pas un seul article qui mentionne que ne pas allaiter peut-être autre chose qu’un (mauvais) choix, ou un comportement indigne d’une mère. Une femme qui travaille est indigne d’être une mère. On nous le répète de tous les côtés, il est bien évident que les pro-allaitements vont l’utiliser tout azimut. Même pour réécrire l’histoire des siècles précédents. Parce qu’apparement, le fait que les femmes ont TOUJOURS travaillé, c’est une notion que personne ne veut intégrer. Elles étaient paysannes, couturières, femmes de commerçant, elles travaillaient autant que leurs maris quand elles appartenaient au Tiers, et pourtant, elles ont allaités pendant des siècles. Comment l’expliquer ?  En réinventant l’Histoire. C’est fou de continuer à colporter des idées bécassines comme ça. Elles ont changé de façons de travailler, oui. Et ça a pu changer leur façon d’allaiter, en effet. Mais pourquoi ne pas l’expliquer au lieux de choisir la facilité des idées reçues ?

Et puis attention, les bébés qui ne sont pas allaités meurent. TOUS ! (90%, c’est une métonymie pour TOUS !)

« Artificially fed infants had higher mortality rates than breastfed infants in the first six months of life, » writes Nitsch. « The mortality of infants who were dry fed from birth was estimated to be particularly high, usually above 50 per cent and sometimes reaching as high as 90 per cent, due to earlier exposure of the infant to pathogens from contaminated foods, a higher risk of malnutrition, and the loss of immunological protection. »

Certes, certes, ils meurent parce qu’on leur faisait bouffer n’importe quoi à l’époque en remplacement (« These included pap, a mixture of flour or bread crumbs cooked in milk or water, a bread broth called panada, and milk flavoured with spices, sugar, or eggs.« ), mais il n’y a pas l’ombre d’une once d’analyse scientifique de ces données pour dire que
a) ben apparemment, ces femmes essayaient en vain de trouver un équivalent valable pour faire survivre leurs enfants, ce n’étaient pas des espèces de folles perverses, au contraire,
b) la situation n’a rien à voir aujourd’hui, puisque l’on a des formules parfaitement adaptées pour faire ce qu’on ne pouvait pas faire à l’époque.

Non, au lieu d’avoir ces deux analyses et mises en garde qui me semblent être le minimum (c’est un article tiré d’un magazine qui se veut scientifique, la science étant en option), on a un texte volontairement ambigu qui prouverait, à ceux qui en douteraient, que l’allaitement c’est le Graal de la survie humaine.

Ca tombe bien, le Graal, c’est une légende qui m’a toujours gonflée…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans féminisme, XIXème siècle, XVIIIème siècle

2 réponses à “Toutes des salopes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s